Cellumat présente ses nouveaux blocs de bétons cellulaire anti-feu

Vous êtes ici

Cellumat sécurité incendie
Portrait de Sonya BOUCHIKHI
Sonya BOUCHIKHI - Journaliste
26 Janvier 2017 à 5:03 |
0 commentaire
Cellumat sécurité incendie

Cellumat sécurité incendie

Cellumat sécurité incendie

Une des règles fondamentales dans la construction est la sécurité incendie, avec comme priorité l’évacuation des personnes et la préservation du bâti. Cette sécurité incendie dépend en grande partie des matériaux de construction qui ont été utilisés et de la configuration des lieux.

En matière de prévention incendie, les bâtiments, notamment industriels et logistiques, doivent adopter des dispositions constructives destinées à limiter la propagation du feu. Le compartimentage des espaces, avec des murs coupe-feu, est la mesure la plus efficace. Répondant aux normes européennes (1364-1) relatives à la sécurité au feu, les blocs de béton cellulaire Cellumat constituent une véritable barrière infranchissable aux flammes. Ils ont des propriétés physiques qui en font l’un des matériaux les plus performants pour la construction de murs coupe-feu. De la meilleure Euroclasse (A1), ils ne contribuent pas à la propagation du feu, ne développent pas de fumées toxiques en cas d’incendie et ne se déforment pas.

Le béton cellulaire : un excellent rempart contre le feu

Le béton cellulaire Cellumat appartient à la classe Européenne A1 « matériaux non combustibles », ce qui en fait le matériau par excellence pour la réalisation de murs coupe-feu. Ces propriétés antifeu uniques résultent de la structure en cellules fermées qui limite l’extension de l’incendie et l’élévation de température dans les locaux adjacents. Il enregistre de très bons résultats aussi bien sur le plan de la réaction au feu que de la résistance au feu.

Réaction au feu

Ininflammable, le béton cellulaire Cellumat n’alimente pas le feu ni ne contribue à la combustion, car il ne peut être consommé par le feu. Il n’émettra donc aucune fumée toxique, source de près 75 % des décès dus aux incendies.

Résistance au feu

En cas d’incendie, le béton cellulaire Cellumat conserve sa résistance mécanique (R), ses qualités d’étanchéité aux flammes (E) et d’isolation thermique (I). Même en cas d’exposition prolongée à une forte température, la structure du matériau n’est pas influencée. Le béton cellulaire ne fond pas et ne se déforme pas. Il évite ainsi les risques de propagation des flammes et prévient les risques d’effondrement du bâtiment. Par ailleurs, grâce à sa structure cellulaire isolante, la température interne progresse moins vite dans un mur de béton cellulaire que dans un mur de béton classique.

Pas d’impact environnemental

Un incendie a un impact sur l’environnement. ll peut accroître de 14 % l’empreinte CO2 d’un bâtiment, suite aux émissions de carbone liées aux gaz de combustion. Cet impact est d’autant plus accentué sur les bâtiments HQE, construits selon les modes constructifs traditionnels qui utilisent des matériaux présentant des hautes performances énergétiques, mais de moins bonnes résistances au feu.

Le béton cellulaire Cellumat n’a aucun impact négatif sur l’environnement lors d’un incendie car il est incombustible et ne produit aucune fumée. De plus ses propriétés thermiques exceptionnelles permettent de construire des murs RT2012/RT2020, et passifs selon le principe du monomur. Cette technique sans isolants rapportés, qui sont une source de propagation des flammes, est plus sûre et peut limiter l’embrasement généralisé du bâti.

Entièrement minéraux et recyclables à 100 %, les blocs Cellumat ont une empreinte écologique exceptionnellement réduite. De par leur faible poids, leur fabrication consomme peu de matière première et peu d’énergie.

Certifiés A+, ils ne génèrent pas de poussières ni de particules dans l’air.

Par ailleurs, certifié ISO 1400, Cellumat s’engage à améliorer son procédé de fabrication pour réduire l’impact de son activité sur l’environnement.

Un matériau coupe-feu testé et approuvé

Conforme à la nouvelle réglementation européenne (1364-1), les blocs en béton cellulaire Cellumat détiennent une série de PV d’essai feu ainsi qu’un PV test Hydrocarbure majoré (HCM N° 11 DRI 237), qui atteste que le matériau convient dans des circonstances à risque telles que dans des tunnels.

  • Test 1 : mur porteur - blocs de béton cellulaire Cellumat : classe de densité MVn450, emboîtement, joints verticaux non collés R.E.I. : 180 minutes . Avec de telles valeurs, la protection de la maison contre les incendies est remarquable.
  • Test 2 : mur non porteur - blocs de béton cellulaire Cellumat : classe de densité MVn450, emboîtement, joints verticaux non collés E.I. : 240 minutes. Ces valeurs sont exceptionnelles pour l’installation de grands murs coupe-feu tels que dans les entrepôts.

Définitions des valeurs :

  • R = stabilité : laps de temps pendant lequel un élément de construction continue à remplir sa fonction porteuse et maintient sa stabilité pendant un incendie.
  • E = étanchéité aux flammes : le laps de temps pendant lequel un élément de construction reste étanche aux flammes, à la fumée et aux gaz.
  • I = isolation thermique : le laps de temps pendant lequel l’élément de construction limite la température du côté qui n’est pas exposé au feu, de telle sorte qu’il n’y ait pas de combustion spontanée dans l’espace qui ne brûle pas.
SOLUTION CELLUMAT : GIGABLOC

Le GIGABLOC de Cellumat est la solution par excellence pour la construction de murs coupe-feu, bénéficiant d’excellentes performances en termes de résistance au feu :

  • E.I. de 90’ à partir de 7 cm d’épaisseur.
  • E.I. de 120’ à partir de 10 cm d’épaisseur.
  • E.I. de 240’ à partir de 15 cm d’épaisseur.
Spécialement conçu pour le bâtiment industriel, commercial et tertiaire, il se pose aisément et rapidement avec une petite grue de chantier. Le rendement moyen de pose est de 10 m²/h.